La bénédiction du Foyer Tuzamenya gusoma Twiteze imbere. Tremplin pour une maturation ecclésiologique au Rwanda

Notre région compte une nouvelle structure éducative innovante qui s’appelle le « Foyer Tuzamenya gusoma Twiteze imbere » (Un jour nous saurons lire Un jour nous nous développerons). Celui-ci se trouve dans le secteur Karembo, district de Ngoma, province de l’Est. C’est dans la paroisse de Zaza. Cette nouvelle institution a une double mission : assurer un soutien scolaire aux enfants de l’école primaire issus des familles défavorisées ; assurer une formation affective aux jeunes filles et accompagner les filles-mères vers une autonomie financière. Ainsi présenté, on peut se dire que ce Foyer n’a rien d’ecclésial puisqu’il n’est pas dit qu’il a été fondé par tel curé, telle congrégation religieuse ou tel évêque. Cependant, dans le programme prévu pour son inauguration, le 19 juillet 2021, il y avait un temps de bénédiction du Foyer par Son Éminence Antoine Cardinal KAMBANDA, archevêque métropolitain de Kigali et Administrateur apostolique de Kibungo et Son Excellence Monseigneur Philippe RUKAMBA, évêque de Butare.

En effet, si l’on est habitué à voir les chrétiens faire bénir leurs biens (maisons, voiture, champs, animaux, etc.), il n’est pas fréquent que les institutions fondées par les fidèles soient publiquement bénies par les pasteurs ou qu’elles poursuivent les buts évangéliques. Il convient de souligner que le Foyer trouve son inspiration dans les valeurs évangéliques que j’ai apprises de l’Église et je le destine à la mission de l’Église. Concrètement, c’est parce que je suis chrétien catholique que j’ai fondé cette structure et c’est au nom de ma foi catholique que j’ai voulu faire bénir ce bâtiment. Dans une Église qui fêtera bientôt 125 ans d’évangélisation (puisque la paroisse de Zaza a été fondée en 1900), il me paraît important de faire émerger des nouvelles postures ecclésiologiques comme signes de la maturité de notre Église. Que les laïcs soient, d’une part, encouragés à poser des initiatives évangéliques significatives dans la société et que, d’autre part, celles-ci soient reconnues et intégrées par l’Église. Que nos ancêtres dans la foi chrétienne catholique soient reconnus et proposés comme modèles de la foi et des valeurs  chrétiennes et humaines dans nos communautés chrétiennes (je pense ici au noms des chrétiens exceptionnels de mon village tels que mon grand-père Jean KIBIRIBIRI, l’un des premiers catéchistes rwandais qui a enseigné les enfants comme les adultes ; à Monseigneur Aloys BIGIRUMWAMI, premier évêque de la région des Grands-Lacs africains qui s’est distingué par son courage évangélique et théologique, etc.) Ce Foyer leur est dédié et placé sous leur protection.

Dans ce sens, plusieurs études menées par les théologiens africains ont déploré une certaine faiblesse de l’ecclésiologie dans les Églises d’Afrique issues du contexte missionnaire et colonial. Il s’agit, comme l’affirme Monseigneur Patrick Augustine KALILOMBE, d’une conception ecclésiologique consistant à réduire l’Église aux évêques et aux prêtres voire aux congrégations religieuses. Ce prélat et théologien malawien invite l’Église africaine, dans le cadre de la théologie de l’inculturation, à sortir d’une conception cléricale de l’ecclésiologie pour embrasser une ecclésiologie de la communauté chrétienne, mieux encore de l’Église-famille, pour reprendre l’expression chère aux Pères du premier synode africain de 1994.

J’ose croire que nos pères évêques rwandais intégreront dans leurs priorités pastorales les promesses théologiques et ecclésiologiques de l’expérience vécue au Foyer Tuzamenya gusoma Twiteze imbere. Cela peut passer par la création d’un Mouvement des Initiatives Catholiques des Fidèles, l’appel aux fidèles à inscrire leurs projets et leurs réalisations dans ce Mouvement ainsi que l’accompagnement pastoral et théologique de ces initiatives. Il est crucial pour les Églises d’Afrique, sur le plan pastoral et ecclésiologique, de revisiter et de valoriser les figures emblématiques de notre foi au sein des communautés chrétiennes dans lesquelles elles ont vécu. Puisse ce Foyer continuer à rayonner et à témoigner de l’amour du Christ pour les plus démunis et de la fidélité à son Église.

Merci à toutes les personnes de bonne volonté qui ont contribué à la réalisation de cette œuvre.

Prof. Jean-Paul NIYIGENA

Théologien et Initiateur du Foyer Tuzamenya gusoma Twiteze imbere[JPN1] 


 [JPN1]Cher fondateur, merci pour ce avant-gout théologique et ecclésiologique ! Une initiative personnelle issue de l’évangile et de ta foi chrétienne ! Texte simple et concis mais chargé d’un grand message à l’église locale…N’oublie pas de dire merci à ceux qui ont collaboré de près et de loin à la réalisation de ce bâtiment… !!!

#

Comments are closed