Mgr ROBERT BARRON, véritable “star” des réseaux sociaux aux États-Unis, porte au Synode le désir d’une évangélisation sans complexe à travers les outils de la communication numérique actuelle.


Entretien réalisé par Cyprien Viet – Cité du Vatican
Internet et les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook ont souvent été considérés avec suspicion dans l’Église catholique, et, a fortiori, au Vatican. Toute la phase de préparation du Synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel a pourtant mis en lumière l’importance de ces moyens de communication dans la vie quotidienne des jeunes.
Un certain nombre de prêtres et d’évêques ont investi ce champ avec enthousiasme, l’identifiant comme un véritable “continent numérique” à évangéliser. Sans être une fin en soi, la présence sur les réseaux sociaux ouvre en effet à des opportunités de contacts dans la vie réelle.
Mgr Robert BARRON, évêque auxiliaire de Los Angeles, aux États-Unis, est connu pour sa présence dans les médias traditionnels, notamment la télévision, mais aussi pour sa présence active sur Twitter, avec actuellement 128 000 “followers”. Il a aussi fondé une association, “Word of Fire Catholic Ministries”, pour former à la prise de parole numérique dans une optique d’évangélisation. Il nous confie son regard sur la nécessité d’assumer une présence chrétienne ces réseaux, sans les considérer comme une fin en soi, mais comme une opportunité pour établir des contacts dans la vie réelle.

Voici ce que dit le Cateshisme de l’Eglise catholique sur l’usage des moyes de communiocation sociale:

L’usage des moyens de communication sociale

2493 Au sein de la société moderne, les moyens de communication sociale ont un rôle majeur dans l’information, la promotion culturelle et la formation. Ce rôle grandit, en raison des progrès techniques, de l’ampleur et de la diversité des nouvelles transmises, de l’influence exercée sur l’opinion publique.
2494 L’information médiatique est au service du bien commun (cf
. IM 11). La société a droit à une information fondée sur la vérité, la liberté, la justice, et la solidarité :
Le bon exercice de ce droit requiert que la communication soit, quant à l’objet, toujours véridique et – dans le respect des exigences de la justice et de la charité – complète ; qu’elle soit, quant au mode, honnête et convenable, c’est-à-dire que dans l’acquisition et la diffusion des nouvelles, elle observe absolument les lois morales, les droits et la dignité de l’homme (IM 5).
2495  » Il est nécessaire que tous les membres de la société remplissent dans ce domaine aussi leurs devoirs de justice et de vérité

. Ils emploieront les moyens de communication sociale pour concourir à la formation et à la diffusion de saines opinions publiques  » (IM 8). La solidarité apparaît comme une conséquence d’une communication vraie et juste, et de la libre circulation des idées, qui favorisent la connaissance et le respect d’autrui

When sexual stimulation causes local release of NO, inhibition of PDE5 by sildenafil causes increased levels of cGMP in the corpus cavernosum, resulting in smooth muscle relaxation and inflow of blood to the corpus cavernosum. usa cialis Research Institute from the USA in 1998. Based on this.

.
2496 Les moyens de communication sociale (en particulier les mass média) peuvent engendrer une certaine passivité chez les usagers, faisant de ces derniers des consommateurs peu vigilants de messages ou de spectacles. Les usagers s’imposeront modération et discipline vis-à-vis des mass média. Ils voudront se former une conscience éclairée et droite afin de résister plus facilement aux influences moins honnêtes.
2497 Au titre même de leur profession dans la presse, sesresponsables ont l’obligation, dans la diffusion de l’information, de servir la vérité et de ne pas offenser la charité. Ils s’efforceront de respecter, avec un égal souci, la nature des faits et les limites du jugement critique à l’égard des personnes. Ils doivent éviter de céder à la diffamation.
2498  » Des devoirs particuliers reviennent aux autorités civiles en raison du bien commun. Les pouvoirs publics ont à défendre et à protéger la vraie et juste liberté de l’information  » (IM 12). En promulguant des lois et en veillant à leur application, les pouvoirs publics s’assureront que le mauvais usage des média ne vienne  » causer de graves préjudices aux mœurs publiques et aux progrès de la société  » (IM 12). Ils sanctionneront la violation des droits de chacun à la réputation et au secret de la vie privée. Ils donneront à temps et honnêtement les informations qui concernent le bien général ou répondent aux inquiétudes fondées de la population. Rien ne peut justifier le recours aux fausses informations pour manipuler l’opinion publique par les média. Ces interventions ne porteront pas atteinte à la liberté des individus et des groupes.
2499 La morale dénonce la plaie des états totalitaires qui falsifient systématiquement la vérité, exercent par les médias une domination politique de l’opinion,  » manipulent  » les accusés et les témoins de procès publics et imaginent assurer leur tyrannie en jugulant et en réprimant tout ce qu’ils considèrent comme  » délits d’opinion « .

Abbé Dieudonné UWAMAHORO
Commission diocésaine pour les Moyens de Communication et Activités Culturelles.

#

Comments are closed